Surveillance des espèces posant des problèmes de santé publique

Cela fait près de 10 ans que l’Agence Régionale de la Santé (ARS) des Pays de la Loire et le réseau Polleniz ont engagé un partenariat pour mettre en œuvre des actions à l’encontre d’espèces végétales et animales dont la prolifération peut porter gravement atteinte à la santé humaine.Depuis 2013, dans le cadre de projets déposés en réponse à des appels à projet PRSE (Plan Régional Santé Environnement) 2 et 3, le réseau Polleniz met en œuvre des plans régionaux de prévention, de surveillance et lutte contre plusieurs espèces animales et végétales posant problèmes à l’homme (et parfois aux animaux).

Les espèces incriminées

Le moustique tigre
Les rongeurs aquatiques envahissants

En quoi consiste un plan régional de prévention, de surveillance et de lutte ?

Un plan de prévention, de surveillance et de lutte a pour objectifs :
  • De sensibiliser le public à la prévention afin d’éviter la dispersion d’une espèce quand celle-ci n’est pas ou peu présente sur le territoire ;
  • De surveiller l’espèce et sa progression, en s’appuyant sur des réseaux d’observateurs bénévoles (formés à la reconnaissance de l’espèce et en mesure de remonter l’information), afin de connaître les sites colonisés et, après expertise pour validation de l’espèce, mettre en place des mesures de gestion dans les meilleurs délais ;
  • D’apporter des conseils de gestion et de lutte aux propriétaires et gestionnaires des milieux envahis.
Selon que l’espèce soit émergente ou largement répandue, les objectifs peuvent être différents. L’éradication sera recherchée pour une espèce émergente envahissante et indésirable sur le territoire, la réduction de leur prolifération et la limitation des impacts seront priorisées dans les autres cas en fonction des risques induits par sa présence.

Le réseau d’acteurs bénévoles

Le réseau Polleniz s’appuie d’abord sur son propre réseau de bénévoles (piégeurs, chasseurs, agriculteurs…) et de techniciens pour la surveillance. Mais ce n’est pas suffisant. Il importe de s’appuyer sur d’autres réseaux dont les adhérents sont également sur le terrain et sont en mesure de participer aux observations.Ainsi sont mobilisés les réseaux du Conservatoire Botanique National, de la pêche, des gestionnaires des espaces naturels et humides, les réseaux de techniciens des chambres d’agricultures, des coopératives et des négoces…

Les actions conduites par le réseau Polleniz

Selon l’espèce cible, les actions développées ne sont pas toujours les mêmes. Pour l’Ambroisie à feuilles d’armoise et la Berce du Caucase.Le réseau de surveillance en place permet de détecter chaque année de nouveaux foyers.Les sites identifiés sont suivis chaque année afin de s’assurer que les actions de gestion mises en place par les propriétaires, sur les conseils du réseau, soient suivies d’effet.Il faut souvent plusieurs années pour éradiquer un site par épuisement du stock semencier ou des racines des plantes.
En ce qui concerne l’Ambroisie à feuilles d’armoise : elle est classée espèce végétale nuisible à la santé humaine. Elle doit être détruite partout où cela est possible. Des plans de lutte seront organisés dans les secteurs où l’espèce est abondante.Si vous êtes sujet à des allergies liées au pollen, consulter le site du Réseau National de Surveillance Aérobiologique (RESA)
En ce qui concerne la Berce du Caucase : elle est classée par l’Europe comme espèce exotique envahissante au titre de la biodiversité. Elle est jugée préoccupante par l’Union Européenne. A ce titre, elle doit être éradiquée partout où cela est possible et dans les autres cas contenue pour éviter sa propagation.
Pour le Datura stramoine : cette espèce étant largement répandue, l’action porte surtout sur la prévention et la gestion par la communication auprès des filières concernées et du grand public.
Pour le Moustique tigre : apparu depuis peu en Pays de la Loire, le réseau Polleniz est chargé d’une action de prévention par la communication auprès du public. Comment empêcher au quotidien le développement des populations du moustique.Si vous pensez avoir observé un Moustique tigre près de chez vous ? Signalez-le !
Pour les chenilles urticantes (Processionnaire du pin, Processionnaire du chêne, Bombyx cul brun) : Une surveillance des populations est assurée par le réseau Polleniz et des actions collectives de lutte sont organisées pour réduire la pression de ces chenilles dans leur phase haute de gradation. Des conseils de gestion et de prévention sont apportés aux propriétaires à travers la communication.
Pour les rongeurs aquatiques envahissants (Ragondin et Rat musqué) : l’action conduite concerne uniquement les sites de baignade publique en eau douce dont la qualité est suivie par l’ARS. Environ 50 sites de baignade sont suivis chaque année.Une expertise permet une évaluation des risques liée aux caractéristiques du site, à son potentiel de colonisation et à la gestion des populations de rongeurs dans son environnement. Cela permet d’apporter aux gestionnaires de site des conseils de gestion adaptés.
Le financement du programmeLe réseau Polleniz bénéficie d’un soutien financier de l’ARS Pays de la Loire dans le cadre du PRSE3 (CPOM 2017-2019). Le financement (75 % du coût du programme, le reste étant apporté par le réseau Polleniz) prend en charge la surveillance et la prévention. Les actions de lutte sont du ressort du propriétaire, qu’il soit un particulier ou une collectivité.
Financement de l'ARS 75%

75 %