Le Pac Frelon asiatique

Comme chaque année, Polleniz organise le Plan d’Action Collectif contre le Frelon asiatique, en partenariat avec de nombreuses collectivités des Pays de la Loire. Ces insectes peuvent occasionner des dégâts sur la biodiversité mais aussi des risques sanitaires (piqûres multiples, risques d’allergies...). Les nids commencent à apparaître en avril sous forme de nids primaires.

Pourquoi lutter contre le frelon asiatique ?

Originaire de Chine, le Frelon asiatique est reconnaissable par ses pattes noires et jaunes, et son thorax noir et orangé à l’arrière. Il peut mesurer jusqu’à 3 cm. C’est un insecte social diurne, qui cesse toute activité à la tombée de la nuit (ce qui n’est pas le cas du Frelon commun). Il est prédateur d’autres hyménoptères sociaux et menace donc les populations d’abeilles et d’autres insectes divers (papillons, mouches,...).

Qu'est ce que le PAC Frelon 

Le PAC (Plan d’action collectif) est un partenariat mis en place entre Polleniz et une collectivité. 

Cette convention a 3 objectifs :

  • Encadrer la lutte collective contre le Frelon asiatique
  • Organiser les interventions chez les particuliers par des entreprises spécialisées et respectueuses des bonnes pratiques environnementales et règlementaires
  • Inciter à la destruction des nids par une prise en charge financière totale ou partielle de la collectivité, tout en bénéficiant de coûts maîtrisés

Les communes et prestataires adhérents au PAC

La détection de nids primaires

La reine fondatrice commence à fabriquer son nid à la fin de l’hiver, on l’appelle le nid primaire (ou pré-nid). C’est dans ce nid que la fondatrice débutera sa ponte. Ensuite, la colonie peut rester au même endroit ou se déplacer pour construire un nouveau nid plus grand (nid secondaire).

Etant donné le fort potentiel de reproduction de l’espèce, les conditions d’accueil excellentes en zones habitées (près de 70 % des nids), la probabilité de se trouver face à un nid ou des individus lors de nos activités est démultipliée. Ainsi, repérer les nids le plus tôt possible permet de limiter les risques de trouver de gros nids secondaires pendant la belle saison (fin printemps jusqu’au début de l’automne). Selon les régions et les années, les premiers nids peuvent être observés de la fin mars jusqu’au début du mois de juin.