Gérer le Datura stramoine dans les jardins et les espaces végétalisés

Le Datura stramonium, de son nom français Datura stramoine, appelé souvent Herbe du diable,  Herbe des sorciers ou Trompette de la mort, est présent dans la plupart des régions françaises, cela depuis fort longtemps.

Cette espèce annuelle, d’origine d’Amérique du Nord, appartenant à la famille des « Solanaceae » (Pomme de terre, Tomate, Mouron noire…), est classée plante invasive avérée, considérée comme installée. Elle est très toxique et peut porter portant atteinte à la santé humaine et animale.

Quelques données de biologie

Reconnaître la plante Le Datura stramoine est une plante annuelle de grande taille, allant de 35 cm à 2 m selon les situations d’exposition et de concurrence avec d’autres végétaux. Sa tige est robuste et se divise en deux à chaque bifurcation. On observe une pilosité sur les tiges et les pétioles, alors qu’elle est faible à nulle sur les feuilles. Ses grandes feuilles (stade adulte) sont alternes, longuement pétiolées, ovales ou elliptiques, lobées avec des dents irrégulières et un sommet en pointe. Les fleurs, de couleur blanche (version sauvage), forment un entonnoir  de  5 à  10  cm de  long. Elles s’épanouissent en solitaire à chaque bifurcation des tiges. Par la suite, elles développent des capsules épineuses, comportant 4 valves, renfermant jusqu’à 400 à 500 graines noires plates.La plante dégage une odeur désagréable lorsqu’on la froisse.

Cycle végétatif

La majorité des levées de Datura stramonium ont lieu de début mai à mi-septembre. Tout travail du sol pendant cette période fera lever un nombre conséquent de plantes (semis cultures printemps, désherbage mécanique...).

La floraison s’étale de juin à octobre, la grenaison de septembre à novembre. Les graines peuvent survivre plus de 10 ans dans le sol. Mais lorsque les graines ne peuvent lever pendant une année, 30 % d'entre elles perdront leur faculté germinative (travail du sol non réalisé pendant la période de levée, enfouissement des graines au-delà de 5 cm de profondeur). La multiplication du Datura stramoine se fait naturellement par dispersion des graines.

Milieux privilégiés

Datura stramonium pousse spontanément dans les zones abandonnées, les décombres, les friches…Le Datura aime l’ensoleillement et préfère les sols riches en nitrates, frais, limoneux et argilo-siliceux.

Mais il peut se trouver dans bien d’autres milieux : les parterres de fleurs, les jardins, les abords d’axes routiers…

Pourquoi le Datura stramoine est-il indésirable ?

Cette adventice (terme utilisée pour définir qu’une plante n’est pas désirable dans une culture en agriculture) pose des problèmes à plusieurs titres :

  • Elle entre en compétition avec de nombreuses cultures, pour la lumière, les éléments fertilisants et l’eau.

Ainsi, toutes les cultures d’été sont potentiellement concernées : pomme de terre, maïs, tournesol, soja, sorgho..., des cultures maraîchères et légumières en dérobées (pois de conserve, haricot vert, haricot blanc), mais aussi des céréales (sarrasin…), le lin et la betterave.

Sur un plan économique, il peut y avoir par exemple refus de lots de graines de tournesol qui dépassent la norme de nombre de graines de Datura Stramoine. Ces refus peuvent être de l’ordre de 1 à 4 % des lots.

  • Une forte toxicité due à la présence d’alcaloïdes (atropine et scopolamine) dans les graines mais aussi dans la totalité de l’appareil végétatif.

Ces substances peuvent provoquer des troubles hépatiques, nerveux et sanguins plus ou moins graves : sécheresse de la bouche, pupilles dilatées, troubles de la vue, tachycardie, agitation, confusion, désorientation spatio-temporelle, hallucinations, paroles incohérentes… De très petites quantités suffisent pour déclencher une intoxication.

C’est un enjeu fort pour les producteurs de certaines cultures destinées à nourrir l’homme (farines, conserves).

C’est également un enjeu fort pour les éleveurs puisque, selon une thèse de l’École Nationale Vétérinaire de Toulouse parue en 2007, il suffit d'un pied de datura par 25 m² pour provoquer des intoxications aiguës et mortelles de bovins via l’ensilage de maïs. Ajoutons à cela les risques de contamination du foin, des grains, des tourteaux de céréales.

Les chevaux de course sont très sensibles au Datura stramoine.

La gestion du Datura stramoine dans les jardins et les espaces végétalisés

POSTULATS DE BASE :

- ne jamais laisser la plante atteindre sa phase de fructification afin d’éviter de grossir le stock de graines.

- tout faire pour réduire le stock semencier de votre sol.

Dans la mesure où la loi Labbé interdit dorénavant l’usage de produits phytopharmaceutiques pour les collectivités (depuis le 1erjanvier 2017) et le particulier (depuis le 1erjanvier 2019), le recours à des désherbants chimiques n’est plus possible. Seuls des produits de biocontrôle ou des substances de base sont possibles, à la condition que les produits à usage herbicide soient autorisés sur ladite plante. Ce qui n’est pas le cas à ce jour.

Gestion de la plante dans son jardin

La plante peut apparaître dans vos plates-bandes, sur un monticule de terre ou de déblais que vous avez fait dans l’attente d’une future utilisation, dans des jardinières après usage d’une terre ou d’un terreau contenant des graines, en bordure de votre propriété après travail du sol, etc.

  • Arracher à la main les pieds du Datura stramoine avant la formation des graines. Utiliser des gants.
  • Mettre les pieds à la poubelle s’ils sont peu nombreux ou faites un tas spécial dans un endroit isolé pour qu’ils se dégradent. Ne pas mettre dans son compost ou dans un tas de fumier.
  • Les pieds de Datura stramoine ne seront pas brûlés car les fumées sont hallucinogènes.

Gestion en espaces verts et autres espaces végétalisés

La gestion est à peu près la même que pour les jardins, en ajustant quelques pratiques :

  • Arrachage manuel dès que des pieds de Datura sont observés.
  • Si la superficie colonisée est trop importante, un fauchage mécanique le plus ras possible permettra de stopper le cycle végétatif de la plante.
  • Bien pailler les massifs de fleurs afin de limiter la levée des herbes indésirables dont le Datura si celui-ci est déjà implanté sur le secteur.
  • Laisser le moins longtemps possible un sol nu pendant des travaux d’entretien de massifs, de nouvelles créations d’espaces verts, de constructions de routes, de chantiers de construction de bâtiments, etc. Dans ce cas, deux solutions sont envisageables :
    • Implanter un couvert transitoire pour éviter la levée de nombreuses espèces indésirables (Datura stramoine, Ambroisie à feuilles d’armoise, Raisin d’Amérique, etc.). De plus, cela constituera un engrais vert pour de futures plantations.
    • Réaliser avant usage un faux-semis : travail du sol léger, arrosage, levée, destruction mécanique ou manuelle des pieds de Datura stramoine.

Gestion en prairie

Il arrive que des particuliers possèdent une prairie pour y mettre des chevaux. Au vu du couvert végétal, les pieds de datura seront assez rares. Un arrachage manuel avec les précautions habituelles résoudront le problème.

Le risque peut se présenter en cas de rénovation de votre prairie car cela peut être l’occasion à un stock de graines de lever. Il faut alors assurer une surveillance lors de la levée de la nouvelle prairie et arracher les pieds qui apparaîtraient. Cela est d’autant plus important si vous remettez des chevaux.

Gestion en milieux perturbés

Nous entendons par milieux perturbés les friches, tas de déblais, terrain en attente d’une construction en ville, etc. Dans ces situations, il est suggéré :

  • Selon la superficie de l’endroit, de pratiquer un arrachage manuel ou un fauchage mécanique.
  • De ne pas laisser nus ces endroits tant qu’ils n’ont pas trouvé leur vocation finale. Pour cela, il est préférable d’implanter un couvert végétal transitoire, type gazon ou prairies fleuries.
  • Et si cela n’est pas possible, au moment de l’utilisation de remblais ou terrain, il faudra réaliser un faux-semis pour épuiser au maximum le stock semencier : travail du sol avec, arrosage et laisser lever les graines. Puis une destruction est opérée. Ensuite, un gazon sera semé, avec une forte densité, sur toute la superficie, même celles destinée à la plantation d’arbres ou à des massifs.

A retenir

Cette plante peut également s’acheter en jardinerie pour une version ornementale (fleur de couleur rose à rouge). Mais elle est aussi toxique que sa consœur à fleur blanche !

Concernant la gestion dans les jardins et espaces végétalisés :

le travail ne s’arrête pas à la gestion de la parcelle considérée. Après toute action destinée à réduire la présence de la plante, il faut assurer une surveillance :

- à la levé d’un gazon, d’une prairie ou de tout autre couvert, afin d’arracher les plantules de Datura ;

- l’année suivante, toujours dans un souci de s’assurer qu’il n’y a pas de nouvelles levées ;

- et au moins l’année suivante car les graines ont une capacité de survie dans le sol importante.