Les espèces animales posant des problèmes de santé publique

En 2016, pour la première fois, le ministère en charge de la santé, par la loi du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé, aborde dans l’article 57 la  « Lutte contre les espèces végétales et animales nuisibles à la santé humaine » (Chapitre VIII du titre III du Livre III de la première partie du code de la santé publique).

Un décret et un arrêté sont pris pour l’application de l’article 57 de la loi.

Le décret fixe une liste d’espèces végétales dont la prolifération est nuisible à la santé humaine :

  • Ambroisie à feuilles  d’armoise  (Ambrosia artemisiifolia),
  • Ambroisie à épis lisses (Ambrosia psilostachya),
  • Ambroisie trifide (Ambrosia trifida).

Ambroisie à feuille d'armoise

En effet, le pollen de ces plantes entraîne des symptômes allergiques sévères (rhinite,  conjonctivite, eczéma, urticaire…) et peut provoquer l’apparition ou l’aggravation de l’asthme.

Le texte détermine également les mesures susceptibles d’être prises, d’une part, à l’échelle nationale et, d’autre part, à l’échelle locale, pour prévenir leur apparition, telles que la surveillance de ces espèces et l’information du public, ou lutter contre leur prolifération, comme la destruction des pieds d’ambroisie ou la gestion des espaces visant à limiter fortement leur capacité d’installation.

L’arrêté fixe quant à lui les mesures visant à limiter ou à interdire l’introduction, le transport, l’utilisation, la mise en vente, la vente ou l’achat, sous quelque forme que ce soit, des espèces végétales nuisibles à la santé.

Notre structure, faisant partie du réseau national FREDON France, s’inscrit pleinement dans les missions qui lui sont confiées par l’arrêté du 2 juin 2017 au titre des organismes contribuant à certaines mesures nationales de prévention et de lutte  relatives à l’Ambroisie à feuille d’armoise, l’Ambroisie trifide et l’Ambroisie à épis lisses.